TR01 les_echos_

jeevesLundi dernier Jeeves, mon célèbre valet de chambre, n’a pu repasser mes 2 journaux favoris comme il le fait tous les matins, (afin que leurs feuilles soient bien craquantes sous les doigts, comme il est de coutume de faire dans les meilleures maisons ). Et pour cause ces 2 journaux étaient exceptionnellement en grève. Mais je laisse Nicolas Demorand et Michel Edouard Leclerc vous l’expliquer mieux que moi (2 extraits audio) : La_Tribune_Les_Echos_en_GREVE , Suite et_fin

Diantre, .... dénonciation des conflits d’intérêts, ... défense du pluralisme de la presse et de l’information économique, ... incongruité du droit commercial, ... casse sociale suite à une fusion, ... garantie de l’autonomie et de l’indépendance … n'en jetez plus, on croit rêver venant de journaux qui me vendent du libéralisme pour 1,20 euros chacun tous les matins.

Il se trouve que j’ai un fond de mauvais esprit, aussi je n’ai pu résister à l’irrépressible envie de dénicher quelques contradictions dans ces journaux au lendemain de cette grève. En particulier dans La Tribune, qui semble être dans la position la plus délicate. Et je n’ai pas été déçu puisque  :

Michel Edouard Leclerc est en une du journal, ou il défend la TVA sociale, juste renvoi d’ascenseur du journal pour son défenseur radiophonique.

une_La_Tribune_Leclerc

Mais il y a mieux, la double page (34, 35) est encore plus intéressante puisqu’on y trouve côte à côte :

  • Page 34 un article nous expliquant qu’on s’était injustement inquiété de la fusion entre Mittal et Arcelor

  • Page 35 un article revenant sur les inquiétudes du journal concernant le rachat par LVMH des Echos, et la possible vente de La Tribune dans la foulée.

Extraits des pages 34 et 35, cliquer sur les images pour les agrandir.

Mittal_la_tribune_ Avenir_La_Tribune

C’est fascinant cette distorsion d’analyse lorsque l’on est directement concerné par des transactions purement financières.

Les journalistes de La Tribune devrait en tirer certaines leçons vis à vis d’entreprises que l’on privatise contre l’avis des salariés, telle France Télécom par exemple qui ce jour là a vu son capital s’ouvrir de 5% de plus.

Ou bien ils devraient s’appliquer leurs doctes principes, et tourner la page, en l’occurrence aller de la 35 à la 34.

C.H.