Couverture

Un jour de printemps 2002, j’écoutais assez distraitement le 13H-14H de France Inter lorsque mon attention fut attirée par la présentation du livre "Affaires atomiques" et l’interview de son auteur Dominique Lorentz. Le sujet ne manquait pas d’intérêt, proposant une totale relecture, très documentée, de l’histoire de la bombe atomique en France et dans le monde. On apprenait également lors de cet entretien que devant les difficultés pour publier son premier livre, ("Une guerre" livre traitant des otages français au Liban, des attentats en France, et de l’assassinat de Georges Besse, le tout étant lié à un contrat atomique avec l’Iran), l’un des amis de l’auteur, Laurent Beccaria, avait quitté sa maison d’édition pour créer ses propres éditions appelées : Les Arènes.

J’ignorais alors que je venais d’assister à l’une des rarissimes présentation de ce livre au grand public.

Intrigué, dans les jours qui suivirent je commandais le bouquin et récupérais … un pavé de 600 pages.

Couv_affairesLa lecture de ce livre, loin d’être fastidieuse, remettait effectivement en question, références d’archives à l’appui, la belle histoire dont est auréolé tout citoyen de notre beau pays concernant l’autonomie du développement de l’arme atomique. La surprise était toute aussi grande en voyant la liste des pays disposant officiellement de cette arme, et celle de ceux qui en disposaient officieusement, et ceci bien souvent sous licence américaine, les réacteurs étant mis en place par des pays amis tels que la France, l’Allemagne, Israel et autres.

Le boycott médiatique jouant son rôle à merveille, je n’entendis plus parler de Dominique Lorentz.

Le 2 août dernier, la lecture du journal "Le monde" rapportant les précisions du fils Kadhafi concernant la France, la Libye, les infirmières bulgares, un réacteur nucléaire, des intérêts financiers colossaux, une bénédiction supposées des USA … tout cela m’a fait immédiatement repenser, à tort ou à raison, à " Affaires atomiques ".

De rapides recherches  m’ont permises d’apprendre que Dominique Lorentz avait sorti au mois de janvier dernier un nouveau livre : "Des sujets interdits".

Dans ce livre, très court, elle expose les difficultés qu’elle a rencontrées pour rédiger, mais surtout publier et faire connaître ses différents livres.

Dominique_LorentzElle présente sa méthode de travail sur "documents ouverts" (sources officielles accessibles au grand public), qui fait qu’elle ne spécule pas, ne colporte pas des bruits, elle démontre.

Elle nomme les différents éditeurs ou journalistes qui, bon gré mal gré, l’ont lâchée devant l’importance de ses révélations ou sous les pressions extérieures.

Elle détaille l’adaptation cinématographique de son histoire qui au dernier moment n’a pu aboutir faute de producteur.

Elle évoque ses difficultés financières.

Certains militaires hauts placés ont tout de même reconnu ses qualités de recherche et d’analyse, et lui ont proposé en 2006 de participer à un groupe de travail sur la "contre prolifération nucléaire", c’est cette dernière expérience qui est développée dans la fin du livre, et que je vous laisse découvrir.

media1Pour ce dernier livre Dominique Lorentz a bénéficiée d’une couverture médiatique un peu plus importante. Les liens vers les documents audio et vidéo sont recopiés ci-dessous, les articles de journaux sont sur le site d'origine, celui des Arènes.

Dominique Lorentz indique dans l’une des interviews, que concernant la reconnaissance de son travail, le temps joue pour elle. On a tout de même un indiscutable sentiment de gâchis lorsque l’on compare son travail à celui de certains journalistes qui ne savent que lire des dépêches AFP.

C.H.

Ajouté le 9 octobre : le documentaire « République atomique » réalisé par Dominique Lorentz et David Carr-Brown est visible ici.