Les_faussaires burger_adolf Atelier_du_diable

"L’Atelier du diable" est un livre d’Adolf Burger, rescapé d’un camp de concentration.

L’atelier en question, caché dans le plus grand secret dans deux baraquements du camp de Sachsenhausen, a permis à l’armée allemande de mener l'Opération Bernhard, qui consistait ni plus ni moins à fabriquer de la fausse monnaie, Livres Sterling et Dollars dans l’espoir de déstabiliser l’économie alliée. Les nazis avaient pour se faire sélectionné des imprimeurs, des typographes et autres faussaires, tous prisonniers juifs.

Le film de Stephan Buzowitzky illustre cette facette inconnue jusqu’alors de cet autre drame qui s’est joué dans ce camp d’extermination.

Adolf Burger a 90 ans. Son livre n'est pas encore publié en français. Il y a quelques semaines il est venu à Paris présenter le film. Paula Jacques a eu l'occasion de l'interviewer pour son émission Cosmopolitaine du 10 février. Je vous propose l’intégralité de cette interview, qui me paraît particulièrement intéressante.

Montage audio :

affiche_Die_Falscher_2006_1 untitled Counterfeiters_die_falscher

Stephan Buzowitzky a fait une adaptation sans aucune grandiloquence du roman, s’effaçant derrière les personnages et l’histoire. On saisit de façon stupéfiante l’ambiance qui devait régner dans les camps de la mort. La survie temporaire tenant à la réussite de la fausse monnaie, ou étant conditionnée à sa propre résistance face à la maladie ou à la malnutrition … ou dépendant bêtement des humeurs d’un gardien. Cependant il ne sombre jamais dans l’horreur absolue.

Les oppositions idéologiques et l’évolution d’un groupe face à un cas de conscience sont également très bien rendus.

Le regard des autres détenus est également terrible, lorsqu'ils constatent les conditions de vie, exceptionnelle compte-tenu du contexte, dont ils bénéficiaient.

Karl Markovics qui joue le rôle de "Sally" est particulièrement charismatique.

counterfeiters_die_falscher_poster_1

"Les faussaires" est un film remarquable à voir absolument, sur une période horrible.

Il est visible par tous les publics ... même par un enfant de CM2. Aller le voir peut être très instructif sur la Shoah, sans pour autant qu’un fardeau de culpabilisation soit imposé aux jeunes spectateurs.

C.H.